Victoria Palace Hôtel
Réserver
6 rue Blaise Desgoffe, 75006 Paris
{

La collection Courtauld à la fondation Louis-Vuitton Victoria Palace Hôtel, Paris

Il n’était pas artiste mais il aimait l’art. L’industriel et mécène anglais Samuel Courtauld a rassemblé en moins d’une décennie une quantité incroyable de chefs-d’œuvre. Pour la première fois depuis soixante ans, une partie de cette collection est présentée à Paris, dans le bel écrin de la fondation Louis-Vuitton. L’exposition restera visible du 20 février au 17 juin 2019.

Lointain descendant d’une famille d’Oléron émigrée à Londres au XVIIe siècle, Samuel Courtauld (1876-1947) aime la France. Et les peintres français. Cézanne et Seurat surtout recueillent ses faveurs. Leurs tableaux constituent le cœur de la collection. Une collection résolument impressionniste constituée en un temps record, entre 1923 et 1929, avec l’aide de l’historien d’art et marchand Percy Moore Turner.

Manet, Gauguin, Van Gogh, Renoir, Picasso, Modigliani… et bien sûr Cézanne et Seurat signent une partie de la soixantaine de peintures exposées jusqu’en juin à la fondation Louis-Vuitton. S’y ajoutent des œuvres graphiques acquises par Samuel Courtauld et dix aquarelles de Turner ayant appartenu au frère de l’industriel.

Incontournable car d’une richesse extraordinaire, cette exposition est une occasion unique de découvrir certaines des plus grandes peintures françaises de la fin du XIXe siècle et du tout début du XXe siècle. Le parcours, chronologique, explore largement la période impressionniste et postimpressionniste. Parmi les fleurons qu’il vous sera donné d’admirer, citons : Bar aux Folies-Bergère de Manet (1882) et L’Autoportrait à l’oreille bandée de Van Gogh (1889).

La plupart de ces chefs-d’œuvre sont habituellement conservés à la Courtauld Gallery, créée à Londres en 1932 par le mécène lui-même, qui très tôt a souhaité ouvrir sa collection au public.

Indéniable valeur ajoutée, le bâtiment de la fondation Louis-Vuitton offre un cadre sans égal pour sublimer ces trésors. Inauguré en 2014, il est lui-même une œuvre d’art signée Frank Gehry.